Blog

les séismes en Italie.

Le séisme du 30 octobre est inédit : c’est la première fois qu’une secousse supérieure à une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter ne fait pas de victime en Italie.

Toutefois il faut mettre en perspective cet événement avec une série de secousses qui frappe la Péninsule ces derniers mois, notamment la secousse du 24 aout  qui a vu des zones sinistrées être évacuées. C’est en partie grâce à cette évacuation d’habitations que l’on doit ce bilan miraculeux.

Il faut aussi relativiser le chiffrage de ces séismes : le choc en lui même est plus violent avec l’augmentation de l’intensité, et cela de manière quasi exponentielle d’ailleurs. Mais il n'indique pas à lui seul les dégâts qui diffèrent en fonction de la vulnérabilité des lieux.

Cette échelle de Richter permet de mesurer une quantité d’énergie, mais il existe aussi une autre échelle : Mercalli. Cette dernière va mesurer l’effet du séisme en terme de destruction.

Si un séisme survient dans le désert avec une magnitude de 7 (Richter), il n’y aura aucun dégât (pas de bâtiment), et sera donc un séisme de 0 sur l’échelle Mercalli. Un séisme de magnitude 7 qui raserait au sol une ville entière serait un séisme de 12 sur l’échelle Mercalli. Cette échelle Mercalli ou MCS (pour Mercalli Cancani Siedberg) est intéressante. En Italie les sites ayant subi des destructions nécessitant une reconstruction (et pas seulement des réparations plus ou moins étendues) de l’habitat (à partir du 8ième degré dans la classification MCS) sont nombreux. Lors des quatre cent dernières années 170 séismes sont au moins classés au 8ième degré MCS. Le centre et le sud de l’Italie sont les zones les plus touchées par la fréquence et l’aspect destructif.

Lire la suite